Namibie

voyage moto en namibie

Le spécialiste de la randonnée motorisée à taille humaine. Tél : 04 94 32 63 02

Okakambo

Tracé dans une nature paradisiaque, c’est véritablement un parcours d’exception qui vous est proposé avec cette destination. Mais, nos produits restent des circuits aventure, saperlipopette !… Les programmes proposés n’ont qu’un caractère de principe et ne tiennent pas compte des aléas du voyage : état des routes ou des pistes, météo, panne,  accident, fatigue ou autres incidents…Ceux-ci peuvent nous contraindre à modifier le déroulement du voyage et le découpage des étapes…Un éboulement, une crue, une intempérie peuvent nous surprendre au détour d’une termitière et nous obliger à rebrousser ou à s’armer de patience lorsque la sagesse l’exige parfois. C’est connu, des liens se tissent dans l’imprévu ou les conditions difficiles ; étonnamment ce piment est souvent la clé d’une expédition réussie.

Etape 1

Jour 1 – Arrivée à Windhoek

Aéroport de Windhoek, la capitale ; notre accompagnateur nous attend.
Chacun récupère du long vol à l’hôtel. L’instant est à la détente ; sieste ou piscine ? Suivant l’heure d’arrivée, Avis aux amateurs de prendre contact avec leurs machines. Ambiance feutrée le soir dans un des jardins à bière favoris des habitants de la ville. Dîner en plein air sous les cahutes de pierre et de bois de ce restaurant à la décoration typique. Le menu est un délice. La viande est tendre et savoureuse… Et déjà chacun sent que le voyage sera un véritable enchantement et jubile en se glissant sous les draps…

Etape 2

 Jour 2 – Étape 1 –Windhoek-Spitzkoppe – 306 km

Cap à l’Ouest. Après 30 km de route pour sortir de la capitale nous empruntons bientôt la «gravel road», piste large et gravillonnée. La première étape est facile, mais longue. La piste ondule à l’infini sur le plateau montagneux du Khomas Hochland. Le globe semble défiler sous nos roues. Dans cette partie
du pays, des fermes de plus de dix mille hectares se partagent les immensités. Ces pâturages géants sont réservés à l’élevage. Une pause est prévue lors des traversées des bourgades d’Otjinbingwe et d’Usakos. Ce soir nos douces et imperturbables mécaniques stoppent au pied de Spitzkoppe, certainement la plus belle formation rocheuse du pays. Ses monts surgissent du sol, tantôt en pics de plus de 1700 mètres, tantôt en d’énormes blocs ronds comme des dos d’hippopotames. Le soleil rougeoie sur le paysage, rebondit sur la montagne, inonde le campement. C’est presque irréel… Le bout du monde est ici. Autour du feu chacun se frotte les mains à l’écoute de l’étape du lendemain.

Etape 3

 Jour 3 – Étape 2 -Spitzkoppe-Swakopmund – 169 km

Après un premier tronçon en hors piste et une quarantaine de kilomètres de liaison routière, nous nous engouffrons bientôt dans une faille. C’est nulle part ailleurs. La piste que nous empruntons maintenant ne figure sur aucune carte. L’itinéraire serpente dans les gorges encaissées de la rivière Khan. Les kilomètres s’étirent dans ce canyon rocheux au tapis sablonneux. Débusquée, une escadrille d’autruches détale devant nous, piégée entre les falaises. Nous sommes à 80 km/h ! De cinglantes pelles de sables giclent de la queue du peloton. Fabuleux ! Nous voici à Swakopmund, cité balnéaire située juste au-dessus du Tropique du Capricorne et marquée par l’architecture coloniale allemande. Deux soirs durant nous dormons à l’hôtel, les pieds dans l’Atlantique Sud. Le terrain de jeu est idyllique ; les dunes sont là, juste à côté. Plus loin, elles culminent à 400 m !

Etape 4

 Jour 4 – Étape 3 -Swakopmund-Swakopmund – 100 km

Ronde des sables… 5 à 7 heures. Les plus grandes dunes d’Afrique plongent dans l’océan. La traversée du massif sablonneux dure cinq bonnes heures, et nos véhicules habituels soufflent aujourd’hui, car c’est en quad que nous l’effectuons. Cet engin redoutable d’efficacité sur ce terrain nous emmène gaillardement. Avec cette machine, on apprivoise les dunes avec une facilité déconcertante. C’est bluffant. Le vent de sable timide se lève et tourbillonne en silence. Nous progressons maintenant derrière les dunes dans un néant blanchâtre. Le sol se mêle au ciel. Soudain, surgit de nulle part dans l’opacité ambiante, un gigantesque train bleu surchargé, composé d’innombrables wagons minéraliers et tracté par trois locomotives fumantes et essoufflées, fend péniblement le désert et ébranle le sol dans un roulement de tonnerre. Impressionnant !

Etape 5

 Jour 5 – Étape 4 -Swakopmund-Messum Crater – 150 km

Après un premier tronçon d’une centaine de kilomètres parcourus en longeant le littoral sur la «salt road» (route salée), nous voici à Cap Cross ; une colonie d’environ cent mille phoques s’est installée ici dans une cacophonie ininterrompue. En nombre également, pingouins, flamants roses, pélicans et autres oiseaux de mer vivent sur la côte. Grâce au courant de Benguela, les fonds poissonneux qui s’étendent au large sont parmi les plus riches au monde. De là, nous nous dirigeons vers l’est et le Messum Crater. Un volcan jaillit de la savane. Nous voilà maintenant soit en hors piste, soit sur le velours de petites pistes sinueuses, étroites et confortables. Bivouac.

Etape 6

 Jour 6 – Étape 5 -Messum Crater-Brandberg – 150 km

Le tapis sablonneux cède place à un terrain légèrement empierré en direction de Brandberg, littéralement «montagne brûlée». Cette chaîne volcanique déchiquetée, vieille de 140 millions d’années, émerge soudain du bush et culmine à 2573 mètres, toit du pays. La rivière Ugab est en contrebas. La végétation est plus dense. La descente dans le lit asséché est magique. Les premiers grands animaux pointent leur museau. Les girafes ouvrent le bal. Les éléphants ne sont pas bien loin. Il arrive d’en apercevoir. Le ciel s’embrase comme chaque soir. Bivouac dans une zone aménagée.

Etape 7

 Jour 7 – Étape 6 -Brandberg-Omaruru – 150 km

Après trente kilomètres de petites pistes, c’est par la «gravel road» que nous rejoignons Omaruru. Hébergement de rêve à Omaruru Game Lodge. Il s’agit d’une
ferme animalière ; les propriétaires sont Zurichois. L’après-midi pourrait être consacrée à une visite de la réserve. Ça grouille. Les animaux sont partout. C’est fabuleux. Nous prendrions alors place dans des 4×4 ouverts et spécialement aménagées. Panthères et autres léopards rodent, et ces félins ne sont pas toujours d’égale humeur. Un réseau de chemins, véritable tunnel sous la végétation, dessert de luxueux bungalows. Le soir, nous prenons le dîner dans la lumière tamisée d’une splendide salle de restaurant africaine. Le plan d’eau attenant est éclairé à travers les grands arbres. Et soudain, miracle : silencieusement, timidement, tous les animaux de la savane viennent s’abreuver ici. Un couple de zèbres débarque d’abord, suivi bientôt par les koudous, gazelles, antilopes, cerfs d’Afrique, autruches, rhinocéros impressionnants, girafes et girafons… Le moment est absolument magique !

Etape 8

 Jour 8 – Étape 7 -Omaruru-Windhoek – 220 km

Liaison pour le retour sur la capitale ; 70 km de gravel road et 160 km de goudron dans cette zone où de nombreux pâturages clôturés nous empêchent de tracer par les pistes. Le voyage touche maintenant à sa fin… Nos fidèles bombinettes sont rendues à regrets. Mais le feu de camp, la viande braisée, la douche en plein air, la piste, les animaux sont incrustés profondément dans les esprits… D’ailleurs, autour de la piscine de l’hôtel, souvenirs et anecdotes ressurgissent déjà. Souper en plein air dans le merveilleux restaurant du premier soir.

Etape 9

 Jour 9 – Windhoek

Aéroport de Windhoek, envol pour l’Europe. Notre coeur et notre esprit sont restés en Afrique…

Prochains départs :

Voir plus de dates