Maroc

voyage moto en maroc

Le spécialiste de la randonnée motorisée à taille humaine. Tél : 04 94 32 63 02

Rekkam le Rouge

Les étapes proposées pourraient être redécoupées sur place en fonction de la météo, du niveau des participants, fatigue, panne mécanique, accident, incidents divers, ou tout simplement de l’inspiration de l’équipe. La moindre anicroche pourrait nous contraindre à revoir complètement le tracé. Donc, prudence !…

 

Etape 1

Jour 1 – Alméria (Espagne)

Le ferry accoste à Melilla, enclave espagnole sur le littoral africain.

Etape2

Jour 2 – étape 1 : Melilla – Guercif – 170 km

Émergeant de la brume matinale, les côtes marocaines apparaissent soudain…
Le ferry accoste à Melilla, enclave espagnole sur le littoral africain.
De petites routes enjouées et fleuries s’élancent dans le relief et surplombent bientôt le barrage Mohamed V. La piste prend le relais avant de filer résolument sur la ville de Guercif. Un tracé somptueux se gave d’air vivifiant. Au fil des virolos, les panoramas éblouissants se succèdent sans répit.

Etape 3

Jour 3 – étape 2 : Guercif – Midelt – 400 km

Dans la première phase de l’itinéraire le tracé rebondit sur le plateau du Rekkam. Empruntant certains tronçons du mythique Paris-Dakar sur des pistes rectilignes, l’expédition débarque bientôt à Missour. De la le relief et le paysage changent radicalement: chaos rocheux, gorges profondes se succèdent, d’énormes blocs détachés de la falaise jonchent villages et cultures. Une piste minuscule quasi invisible ondule sur une steppe colorée. Un dernier tronçon d’anthologie clôture la journée en s’engouffrant dans un canyon étroit aux reflets amarante. Cette étape somptueuse marque les esprits. C’est l’un des endroits les plus invraisemblables du Maroc.

Etape 4

Jour 4 – étape 3 : Midelt – Erfoud – 300 km

Après Rich, à la sortie des gorges du Ziz, le macadam s’arrête net devant le bureau postal d’Amellago.
Dans les éclaboussures de l’oued, les parois se resserrent rapidement. La piste se rabote les coudes dans un défilé étroit.
Soudain la montagne s’ouvre sur le désert, nous laissant entrapercevoir dans le lointain la luxuriante palmeraie de Goulmima. Au cœur de la vieille médina, entre des jardinets proprets et malaxés avec douceur, nous débarquons dans une maison d’hôtes inattendue. Dans ce havre de fraîcheur bienvenu et reposant, Youssef nous reçoit le temps d’un déjeuner divin. L’endroit est remarquable. Après le café, humble et toujours souriant, il pourrait si le timing le permet nous inviter à lui emboîter le pas dans le dédale environnant à la découverte des Ksours, villages fortifiés à l’architecture de terre.
Notre exploration enjambe une multitude de canaux irriguant sans relâche cet invraisemblable labyrinthe. Empruntant des ruelles de terre dont nombreuses sont couvertes, nous nous enfonçons au plus profond d’une cité qui semble issue de la nuit des temps…
Tafilalet nous voici ! Ricochant sur le Rhéris, notre itinéraire gigote sur les étendues ensablées, avec Erfoud en ligne de mire.
Une succession de palmeraies s’agglutinent sur le fil de l’oued. Sur le trajet des surprises incroyables attendent les coéquipiers : une pyramide «escalier céleste», une ammonite géante de plus de 60 m «la spirale d’or», un escalier en colimaçon en marbre blanc dégringolant dans les entrailles de la terre jusqu’à la rivière souterraine . Ces fameux monuments historiques resteront le point d’orgue de la journée ! Nous arrivons à l’Hôtel Kasbah Saïd, chez Brahim (grand ami de TrailRando depuis des lustres !).

Etape 5

Jour 5 – étape 4 : Erfoud – N’kob – 320 km

Waooouh ! Au réveil, dans la transparence de l’air, les dunes du massif orangé de l’Erg Chebbi jaillissent du plateau de cailloux noirs. C’est somptueux !
Ensuite, notre expédition s’engage sur une piste roulante.
Ici, entre deux bouquets d’acacias, il n’est pas rare de débusquer un fennec ou autre gerboise.
Sur une langue de basalte s’échouant sur le lac Maïder, immense et asséché, Hassan a planté sa petite auberge.
Sous un souffle de Simoun ou de Sirocco, cette étendue craquelée s’étire à perte de vue.
La pause déjeuner est comme d’habitude savoureuse.
En plein désert et en total hors piste une portion facile ricoche sur une mer de sable et nous conduit à Oum-Jrane. Le périple se poursuit vers Tarbalt, village aux dunes violettes, puis Tazzarine. N’Kob est rejoint en fin d’après-midi. Niché au cœur de la médina, un hôtel typique nous attend.

Etape 6

Jour 6 – étape 5 : N’kob – Skoura – 170 km

Dès la sortie de N’Kob, notre parcours se débine dans un petit canyon perdu, planté d’abricotiers et d’amandiers. Puis, entre des pitons volcaniques et autres coulées de lave, une piste minuscule torsadée s’élance en plein cœur du Jbel Sarhro, zébrant un territoire aride aux roches de basalte éclatées (Anti-Atlas). L’oued Dadès alimente un chapelet d’oasis absolument sublimes. Nous voici dans la Vallée des Roses, terme de l’étape du jour. Dans cet endroit absolument idyllique, nous avons déniché un hébergement incroyable : une vieille et magnifique kasbah planquée dans la palmeraie parfumée.

Etape 7

Jour 7 – Etape 6 : Skoura – Bin El Ouidane – 360 km

Assermo verouille l’entrée d’un défilé incrusté dans la terre rouge, et entaillant profondément la barrière du Haut-Atlas, un véritable coup de sabre dans la paroi.
Sous un vol de cigognes, notre expédition s’y engouffre. Caracolant sur les crêtes la piste se mue en un goudron cassé puis bascule bientôt dans la vallée de Toufrine et ses noyers séculaires point de convergence de deux Oueds puissants.

Etape 8

Jour 8 – Etape 7 : Bin El Ouidane – Fès – 460 km

Jaillissant de la montagne, les sources dégoulinent vers la vallée en une ribambelle de ruisseaux limpides.
Le tracé transperce les cèdres sur un tapis d’aiguilles pour gambader sur l’herbe rase des hauts-plateaux verdoyants truffés de lacs volcaniques comme l’Aguelmane Azigza, le Dayet Ifrah et bien d’autres. Ici s’abreuvent ovins, caprins, bovins et chevaux.
Une rivière aux eaux transparentes serpente sur l’alpage. Entre les méandres et sous les berges, les écrevisses abondent.
Ici l’altitude oscille entre 2 000 et 2 400 mètres et l’air est vif. Dans les forêts profondes qui couronnent les étendues herbeuses, il n’est pas rare de surprendre des macaques. Ces singes à poils longs ont élu domicile dans cette région du Maroc au climat souvent rude.
Au Nord de la surprenante bourgade d’Ifrane, notre caravane se hasarde entre les pitons ruiniformes de la Vallée des Roches.
Dévalant le Massif du Kandar sous les chênes verts, on bascule d’un coup dans la tiédeur de la cuvette de Fès entre les plantations d’oliviers et les rangées de figuiers de Barbarie.

Etape 9

Jour 9 – Etape 8 : Fès – Chefchaouen – 250 km

Démarrage en douceur dans une lumière presque irréelle.
Les virages s’enchaînent sur des collines tapissées par les blés, et piquées de figuiers et d’oliviers.
Le barrage d’Al Wahda récupère tout le ruissellement du Béni Zeroual. Au-delà de ses eaux turquoises, on pénètre dans une zone inexplorée.
Le parcours reprend de l’altitude pour survoler bientôt un paysage époustouflant. Dans la terre rouge, le chemin voltige d’une crête à l’autre.
Le voyageur qui s’aventure dans cette région du Rif ressent l’impression de vivre une épopée complètement surréaliste.
Il est happé par une incroyable magie. Au printemps, coquelicots, géraniums sauvages, et mille autres fleurs bizarres tapissent les bas côtés.
Soudain, au détour d’un virage, Chefchaouen, la bleue aux ruelles secrètes, apparaît, surprenante, fraîche, éclatante comme un joyau dans un écrin de verdure.
Sur une terrasse perchée au-dessus des lumières de la place, des boutiques multicolores et du brouhaha, chacun profite de l’instant. Le menu est un délice. Le restaurant est une merveille architecturale. Humble et avenant, Oussama sait recevoir…

Etape 10

Jour 10 – Etape 9 : Chefchaouen – Tanger – 135 km

Le tronçon du jour pénètre en plein pays Jebela Même si le voyage touche à sa fin jusqu’au dernier centimètres de piste les belles images se succèdent toujours sans relâche. Seuls les locaux connaissent
ces portions à peine marquées, inexistantes sur les carte. Exprimons leur ici toute notre reconnaissance pour leur aide précieuse lors de l’élaboration des derniers kilomètres du tracé.
Face à l’Océan et aux portes de la ville fortifiée le déjeuner attends avec sa pêche du jour et une crème caramel maison incroyable clôture le repas. L’instant est magique, la détente est au rendez vous après toutes ces merveilles parcourues au fil des étapes. Sur le fronton fortifié les tours de guet scrutent l’océan. Déambuler à travers le dédale de cette médina historique est un plaisir de chaque instant .

Etape 10

Jour 11 / Retour vers la France

C’est la fin de l’aventure. Avec une palanquée de souvenirs magiques et colorés plein la tête, plein les yeux, une seule préoccupation taraude chaque coéquipier : quand repartons-nous ?

L’eau sur le parcours

Eau minérale en bouteille prévue.

Prochains départs :

Voir plus de dates